L'Hypnose

Chacun a pu faire l’expérience d’un roman dont la lecture consciencieuse permet de s’évader, ou celle d’une suspension hors du temps à force de contempler le mouvement des vagues… En bref, chacun a pu faire l’expérience d’un état de conscience modifiée (différent donc de l’état de veille habituelle). L’état hypnotique est précisément ce moment de conscience où les choses sont perçues autrement. Se mettre en état d’hypnose (via l’auto-hypnose) ou faire de l’hypnose avec un praticien, c’est reproduire intentionnellement cet état particulier avec un objectif qui varie selon le cadre dont il est question (détente, soin, développement personnel…).

Ces dernières années, la réalisation d’imageries cérébrales (IRM fonctionnelles et PET-scanners) chez des sujets plongés en état d’hypnose a permis d’attester de l’existence réelle de l’hypnose. 

L’état d’hypnose étant la reproduction d’un état naturel et spontané, tout le monde peut y avoir accès. Si il est vrai que certaines personnes peuvent accéder plus difficilement à l’état d’hypnose, il est important de préciser que l’apprentissage de la méthode et sa répétition régulière permettront à ces derniers d’entrer avec de plus en plus d’aisance et de rapidité en hypnose. Comme un sport, plus on s’exerce, plus on progresse !

Dans le domaine de la psychothérapie, ses applications sont essentiellement celles de la médecine de la douleur, de la gestion de l’anxiété, des comportements de dépendance (tabagisme, troubles de l’alimentation…), des troubles psychosomatiques, des troubles du sommeil… L’hypnose agit par un jeu attentionnel impliquant l’imaginaire permettant de revisiter la réalité et la façon dont le patient la perçoit. Ceci a pour effet de diminuer l’importance des symptômes d’un certain nombre de pathologies, et de développer des comportements inédits, permettant au patient de mettre à distance le motif d’une souffrance, voire dans certains cas, de la résoudre. 

L'EMDR

Les initiales EMDR signifient eye movement desensitization and reprocessing, c’est-à-dire désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires.

En effet, la thérapie EMDR utilise une stimulation sensorielle bilatérale alternée (droite-gauche) qui se pratique par des mouvements oculaires; le patient suit du regard les doigts du thérapeute qui passent de droite à gauche devant ses yeux. Dans certains cas, les stimulations oculaires peuvent être remplacées par des stimulations auditives, à l’aide d’un casque audio permettant d’entendre alternativement un son à droite, puis à gauche, ou encore par des stimulations tactiles par des tapotements sur les genoux du patient ou le dos de ses mains.

Ce processus permet de retraiter des vécus traumatiques à l’origine de divers symptômes parfois invalidants. 

Depuis près de trente ans, la thérapie EMDR a prouvé son efficacité à travers de très nombreuses études scientifiques. Elle est principalement validée pour le traitement du trouble de stress post-traumatique, qui est la dénomination scientifique de ce qu’on appelle plus communément le psychotraumatisme.

Lorsque le psychisme est dépassé par un choc traumatique, le cerveau ne parvient pas à traiter – ou digérer – les informations choquantes comme il le fait ordinairement. Il reste alors bloqué sur cet événement traumatique, sans que nous en ayons conscience. Ce sont ces vécus non digérés qui creusent le lit de pathologies psychiatriques, de perturbations psychologiques ou de comportements inadaptés ou excessifs dans la vie quotidienne. 

L’EMDR permet de retraiter l’événement traumatique afin de permettre au psychisme de le digérer et donc de corriger les symptômes dont il était à l’origine.